Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans ce blog je parlerai de politique mais aussi de tout ce que j'aime (littérature, musique, sports...). N'hésitez pas à laisser vos commentaires, à partager avec moi et les autres visiteurs de se site vos avis ! ! !

29 Nov

Le guide des sponsors du Front national et de ses amis (livre de 1997 mais qui a-t-il de changé ?)

Publié par Araveg

 

Comment peut-on être mal renseigné ? Il suffit, par exemple, de consulter le Journal officiel qui publie la liste des entreprises participant au financement des campagnes électorales des partis politiques pour connaître à coup sûr une partie non négligeable des complices du parti de la haine. Nos deux auteurs ont fait ce travail de recherches. Les auteurs nous rappellent que le premier sponsor du Front national, c'est nous tous, à travers le financement public (100 millions de francs entre 1993 et 1995). On trouvera dans ce guide un répertoire professionnel de 160 pages, comprenant donc des dizaines d'entreprises ou d'établissements plus ou moins coupables de sponsoring. Les auteurs annoncent tout cela clairement. Il reste donc à observer un certain nombre de complicité objectives. Qui sont les sponsors ?

 

Qui sont les bailleurs de fonds du parti de Le Pen?
SAMEDI, 28 MARS, 1998
L'HUMANITÉ

PUBLIE ces dernières semaines par les éditions Raymond Castells (20 bis, rue La Boétie, 75008 Paris), "le Guide des sponsors du Front national et de ses amis" a déchaîné l'ire des intéressés. Une demande de saisie en référé est parvenue à l'éditeur jeudi. Entretien avec Fiammetta Venner, cosignatrice de cette enquête systématique avec Caroline Fourest.

Votre livre s'ouvre sur un "avertissement" provocateur: "Nous finançons tous le Front national et ses amis. A double titre: comme contribuables et comme consommateurs...".

Tout à fait! Comme contribuable? Parce que le financement des partis n'est plus un financement de "personnes morales". Depuis 1995, il a été officiellement remplacé par le financement public, c'est-à-dire nous. Mais déjà, en 1993, 23 millions de francs avaient été donnés au FN par le biais du financement public; 36 millions en 1994 et 35 millions en 1995. L'autre financement s'effectue par le biais des consommations au profit d'entrepreneurs finançant le FN et ses amis.

De ce c"té, vous citez, bien sûr, la FNMEL (Fédération nationale entreprise moderne et libertés), dont le r"le avait déjà été évoqué. Mais vous citez aussi des clubs, tels que le Cercle Renaissance ou le Cercle Alexis-Tocqueville.

Ces clubs "de recherche", nous nous y sommes d'autant plus intéressées qu'eux aussi avaient déjà fait l'objet d'enquêtes partielles. Renaissance était depuis longtemps un lieu de rencontre entre entrepreneurs et des membres du Front national. Quant à la FNMEL, elle regroupe des entreprises dans le giron du Front national. En tant que telle, elle participe à son financement.

Certains "parrainages" étaient déjà connus. Exemple: certaines dynasties champenoises. Comme la marque Piper-Heidsieck, aux mains du marquis François de Suarez d'Aulan, membre du comité de soutien à la candidature de Jean-Marie Le Pen à la présidentielle de 1995. Vous nous apprenez que, dès 1986, le même avait sponsorisé le fameux congrès "Amour et fécondité" (organisé en sous-main par une ligue d'extrême droite belge), qui marqua le début des actions anti-IVG. Durant vos investigations, quelles découvertes vous ont le plus surpris?

Le mot "surprise" ne me paraît pas convenir, je lui préfère celui de "confirmation". Confirmation de ce qui était alors au stade des rumeurs. Nous-mêmes fonctionnions alors beaucoup sur des informations données par des transfuges, mais nous n'avions pas l'estampille "Journal officiel", si j'ose l'expression, que nous détenons maintenant. Quelques exemples. Monoprix, la Compagnie des bateaux-mouches, les Laboratoires Beaufour... apparaissent à plusieurs reprises dans les sources de financement du Front national et des candidats du Front national.

Je crois savoir que votre livre est menacé d'une saisie en référé.

On nous a fait part hier jeudi d'une demande de suppression de l'ouvrage ou de "lacération" de certains passages. Une expression que je ne connaissais pas. Pour l'instant, nous attendons. L'assignation est ce mardi.

Propos recueillis

par J. C.

Commenter cet article

Archives

À propos

Dans ce blog je parlerai de politique mais aussi de tout ce que j'aime (littérature, musique, sports...). N'hésitez pas à laisser vos commentaires, à partager avec moi et les autres visiteurs de se site vos avis ! ! !