Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Dans ce blog je parlerai de politique mais aussi de tout ce que j'aime (littérature, musique, sports...). N'hésitez pas à laisser vos commentaires, à partager avec moi et les autres visiteurs de se site vos avis ! ! !

08 Aug

Salut Charlie........

Publié par Araveg

Charlie Bauer est mort. Un mec bien nous quitte. Encore un héros qui part rejoindre le grand Jacques (Mesrine).

Charlie Bauer naît dans le quartier de l’Estaque à Marseille, fils de résistants juifs et communistes en 1943. Né à Marseille, quartier chaud (entendre par là quartier à population cosmopolite et pauvre. Par extension : zone marquée par une délinquance grave, précoce et quasi irréversible ). Adepte de la religion populaire de l'époque : le communisme.

Ancien adhérent aux Jeunesses Communistes, il rompra avec celles-ci au moment du vote par le PCF de crédits militaires pour la guerre d'Algérie. Il soutiendra alors le FLN. Il a passé vingt-cinq ans de sa vie en prison, dont 9 années en Quartier de haute sécurité. 14 tentatives d'évasion. 14 transferts dans les prisons françaises. - Torturé à l’électricité, battu à mort, a manqué périr noyé de façon volontaire et organisée par ses geôliers

Durant son incarcération au QHS de la prison de la Santé dans les années 70, il rencontre Jacques Mesrine, dont il deviendra le complice.

Durant son séjour en prison, il passe deux licences universitaires, en psychologie et en philosophie, et un doctorat d'anthropologie sociale. Sorti de prison en 1988, il rédige deux ans plus tard une autobiographie, Fractures d'une vie, qui se vend à 150 000 exemplaires.

La conduite de vie de Charlie Bauer est entièrement vouée à la lutte. Sa philosophie se résume à une phrase de Victor Hugo : "Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent". Pour Charlie Bauer : "La lutte est la finalité existentielle, conceptuelle".

« La prison, c'est l’Anti-vie. […] Il suffit de si peu, d’un temps et d’un espace aux dimensions ridicules pour franchir les portes d’un univers dont la différence est aussi marquée que celle de la vie à la mort. Aucune comparaison ne peut être admise entre ces deux univers contradictoires. Oui, c’est cela, une contradiction dont la référence est ces deux identités contraires que sont le noir et le blanc. »

« Il faut les voir dans leurs œuvres, pratiquer la surenchère à qui sera le plus crapule parmi les crapules ! Des pauvres types en somme, que le chômage jette sur le marché des demandeurs d’emploi mais les pauvres types ont tôt fait de devenir des « sales types » dans les espaces de pouvoir qu’on leur autorise. Sur le matériel humain, les détenus qui leur sont confiés, s’exercent des débordements, des excès… ».

« Qu’est-il de plus important, être ou avoir ? Chacun, de tout temps, essaie de concilier ces deux modes d’existence et de les conjuguer comme il peut. Qui n’a jamais menti, volé, éprouvé quelque colère ou révolte, enfreint le code (qu’il soit de la route ou pénal) ou au moins rêvé, imaginé, désiré le faire ? Celui qui ne se reconnaîtrait pas dans ces ardeurs, ces passions, ces hauteurs et ces bassesses, ces raisons et ces torts serait un saint ou un fourbe, ce qui est d’égale valeur ; et ce récit, ces mots ne peuvent l’intéresser. Je parle au genre humain et non au surnaturel. Ce genre qui fait les individus pétris de fautes, d’erreurs. De ces êtres si beaux et si vils dans leurs imperfections qu’ils traduisent la preuve de leur perfectibilité. »
BauerCharlie.jpg

 
Commenter cet article

Archives

À propos

Dans ce blog je parlerai de politique mais aussi de tout ce que j'aime (littérature, musique, sports...). N'hésitez pas à laisser vos commentaires, à partager avec moi et les autres visiteurs de se site vos avis ! ! !